La bio, trop cher pour moi

Bons réflexes pour consommer malin

POUR CONSOMMER DES PRODUITS LOCAUX BIO SANS AUGMENTER SON BUDGET :

Vous souhaitez manger local bio à budget constant ? Voici des « trucs et astuces » pour consommer des produits bio locaux sans vous ruiner.

Faire évoluer ses habitudes alimentaires, cela prend du temps. Il est donc difficile de vouloir tout mettre en place du premier coup. Commencez par identifier les actions qui vous semblent réalisables, celles qui vous demanderont le moins d’efforts. Lorsque celles-ci seront devenues des réflexes, expérimentez alors un nouveau geste. Et gardez toujours en tête, l’objectif : se faire plaisir et du bien avec des produits de qualité et qui ont du goût, et une cuisine créative !

1- J’achète des produits locaux bio en favorisant les circuits courts marché de producteurs bio, paniers de fruits&légumes, groupement d’achat collectif, directe ment chez le producteur…

2- J’achète des produits locaux bio de saison

3- Je privilégie les produits conditionnés en VRAC ou peu emballés

 4- Je privilégie en bio les céréales complètes ou demi-complètes aux céréales raffinées. Le raffinage des céréales consiste à enlever l’enveloppe externe de la graine pour obtenir des produits de texture plus souple ou à temps de cuisson réduit. L’intérêt des céréales bio complètes ou demi-complètes réside dans le fait que la graine et son enveloppe sont consommées intégralement, ce qui permet :

  • d’être rassasié pour une plus longue durée
  • de bénéficier du grand nombre de nutriments et de fibres contenus dans l’enveloppe

5- Je jardine, je cueille, je troque, j’échange…

6- Je diversifie mon alimentation en redécouvrant des légumes, des céréales… Exemple de légumes : potimarron, panais, pâtisson, chou rave, courge spaghetti, butternut, fenouil, fèves… ; Exemples de céréales : avoine, seigle, sarrasin, boulgour, millet, petit épeautre…

7- Pour les fruits et légumes, je m’adapte aux calibres proposés et vendus

8- Je n’épluche pas les fruits & légumes bio, je les frotte seulement sous l’eau. Les principaux nutriments se situent dans la peau !

9- Je congèle les surplus achetés, cuisinés ou cueillis en trop grande quantité

10- Je diminue ma consommation de viande (2 à 3 fois par semaine suffisent pour une alimentation équilibrée)

11- Je consomme plus souvent des légumes secs riches en protéines végétales: lentilles, haricots blancs, haricots rouges, flageolets, pois chiches…

12- Je pratique les bonnes associations céréales-légumineuses comme alternative aux produits carnés. Quelques exemples : boulgour aux lentilles, couscous aux pois chiches, tortilla de blé ou maïs fourrée aux haricots rouges, soupe de pois cassés avec du pain demi-complet …

LE SAVIEZ-VOUS ? Un plat composé de 100g de céréales + 50g de légumineuses contient autant de protéines que 100g de viande.

13- Je pense aux œufs, aux abats… excellentes protéines animales bon marché !

14- Je pense aux poissons en conserve souvent moins coûteux que frais et riches en Oméga 3: sardines, maquereaux, anchois, harengs…

15- Je gaspille moins en adaptant les quantités à mes besoins

16- J’utilise les restes en les recuisinant. Je fais des conserves, des confitures

17- J’utilise les fanes de légumes (radis, navets, vert de poireaux, vert de blettes…) comme ingrédients dans des tartes ou des potages

18- Je ne jette pas systématiquement les produits en DLUO dépassée. Les mentions DLC ou DLUO sont inscrites sur le préemballage des denrées alimentaires. Mais quelle différence entre une DLC et une DLUO ?

  • La DLC ou Date Limite de Consommation s’applique aux denrées susceptibles, après une courte période, de présenter un danger pour la santé humaine. Dès que la DLC est atteinte, la denrée est considérée impropre à la consommation. La DLC est indiquée par « A consommer jusqu’au… » Ou « A consommer avant le… » et concerne la viande fraîche, le poisson…
  •  DLUO = Date Limite d’Utilisation Optimale. Une fois la DLUO passée, les denrées peuvent encore être consommées car elles ne présentent pas de danger pour la santé. Elles peuvent, en revanche, avoir perdu tout ou partie de leurs qualités : goût, texture etc… La DLUO est indiquée par « A consommer de préférence avant … » ou « A consommer de préférence avant fin … » et concerne les boîtes de conserves, les biscuits…

 

MANGER BIO, ce n’est PAS du LUXE !

Tout ce qu’il faut savoir pour manger bio sans dépenser plus !

Disons-le d’emblée : manger bio n’est pas plus cher que consommer des produits «conventionnels» à condition de mieux équilibrer ses repas.

Lylian Le Goff, auteur de ce livre, démontre même que les aliments non bio coûtent plus cher au contribuable en raison des subventions versées aux agriculteurs conventionnels. Il faut ajouter à cela le coût des dégâts infligés à la planète et des soins donnés à ses habitants, malades des pollutions dues à l’agriculture conventionnelle.

Pour passer immédiatement à l’action, préserver sa santé et celle de la planète, Lylian Le Goff apporte des conseils nutritionnels, des recettes et des menus chiffrés.

 Qui est cet auteur ?

Médecin, Lylian Le Goff est impliqué depuis de nombreuses années dans la préservation de l’environnement et la prévention sanitaire, tout particulièrement l’étude des relations entre l’environnement, la santé et l’importance d’une alimentation de qualité à la portée de tous.

Il est aussi consultant-formateur  pour une alimentation saine et équilibrée, notamment en restauration collective, il est le cofondateur de la Biocoop de Lorient, … Il réalise des conférences sur les relations entre Santé, Environnement et Alimentation.

Partager